À Arosa, un avis affiché à l’entrée de la piscine d’un hôtel invite les juifs, et eux seuls, à prendre une douche avant de se baigner ;  sous la coupole fédérale, un conseiller national compare les transports d’animaux aux déportations à Auschwitz : deux incidents qui ont eu en 2017 une résonance médiatique dépassant largement les frontières de la Suisse.

David Kohler, alias Knackeboul, est l’un des rappeurs les plus en vue de Suisse. Mais il ne fait pas que de la musique ; il écrit aussi des chroniques, à teneur politique la plupart du temps, il tourne des vidéos amusantes pour Watson et travaille comme modérateur. Quant à Knackeboul, son domaine est l’actualité, qu’il commente régulièrement avec mordant, en prenant sur des sujets tels que le racisme, l’antisémitisme ou les théories du complot des positions très tranchées. Ne mâchant pas ses mots, il ne se fait pas que des amis. Cela n’est-il pas, en soi, une bonne raison d’interviewer cet artiste aux multiples talents ?